La petite maison blanche

 
 

   La petite maison blanche fut construite autour de l’an 1890, sur la rue Gédéon, au cœur d’un des premiers quartiers de la ville de Chicoutimi, au Québec. Ses murs sont composés de grosses poutres empilées les unes par-dessus les autres, comme un chalet en bois rond (rondin).

   À l’époque, la petite maison blanche fut entourée de nombreuses bâtisses résidentielles et commerciales. Un imposant barrage surplombe son quartier, celui du Bassin. Ce barrage retient l’eau de la rivière Chicoutimi pour alimenter une centrale hydro-électrique.

   Une nuit de juillet de l’an 1947, d’étranges grondements réveillent Alyre et Jeanne-d’Arc Genest, les habitants de la petite maison blanche. Un torrent d’eau entoure leur demeure ! Le matin venu, le couple constate les dégâts. Dans le quartier, d’autres maisons ont aussi subi d’importants dommages. C’est la désolation… Après cet événement, Alyre décide de doter sa propriété de solides fondations encrées dans le roc. Sa petite maison blanche sera à toute épreuve !

   Les 19, 20 et 21 juillet 1996, le Saguenay reçoit plus de 200 millimètres de pluie. Le niveau de tous les réservoirs grimpe à vue d’œil. Les gens doivent évacuer au plus vite. Mais avant de partir, Jeanne-d’Arc Genest met une statue de la Vierge tenant l’enfant à l’entrée et lui demande de protéger sa maison.

   Digues et barrages ne tiennent pas le coup. L’eau se déverse dans les rues. Toute la région est inondée. La dévastation est colossale, et les dégâts se chiffrent à plus d’un milliard de dollars. C’est le Déluge !

   À travers les torrents d’eau, la petite maison blanche résiste. Tout autour d’elle est détruit : résidences, commerces et infrastructures. Pendant trois jours, jusqu’à ce que les eaux se retirent, les yeux du monde entier sont rivés sur l’indestructible petite maison.