Saint Isaac Jogues

 
 

Isaac Jogues est né le à Orléans, de Laurent Jogues et de sa seconde épouse Françoise de Saint-Mesmin. D’une grande famille marchande de la ville, son père, marchand drapier et bourgeois d’Orléans, est élu consul en 1619. Isaac est le frère du Père Samuel Jogues.

Isaac Jogues est entré dans la Compagnie de Jésus le 24 octobre 1624. Il sera ordonné prêtre à Paris en Il arrivera à Québec le 2 juillet 1636, et se joindra aux missions huronnes, puisqu’on avait bien compris que les Hurons étaient un des peuples les plus faciles à convertir, étant donné qu’ils étaient plus sédentarisés. Il va donc passer plusieurs fois sur la Rivière des Outaouais pour se rendre au Lac Huron.

Un jour de l’an 1642, alors qu’il était en canot sur le Fleuve Saint-Laurent, près de Trois-Rivières, lui et quelques compagnons français et hurons se sont faits surprendre par une bande d’Iroquois.  Il y eut une bataille des Français et des Hurons contre les Iroquois. Saint Isaac Jogues a eu à peine le temps de baptiser un vieil Huron qui allait mourir, qu’il s’est fait attraper, lui, ainsi que Saint René Goupil, pour se faire immédiatement torturer. Ils se sont faits battre à coup de bâton; ils se sont faits mordre les doigts et arracher les ongles.

 
 

    Ils ont été amenés captifs dans un village Iroquois pour y continuer la torture. Arrivés au village, on leur a demandé de courir entre deux longues rangées d’Iroquois qui tenaient des bâtons et qui tapaient sans cesse devant eux. Il ne fallait pas s’arrêter car les Iroquois pouvaient continuer de frapper, jusqu’à ce que mort s’ensuive. Ensuite, comme il était de coutume chez les Iroquois, on a demandé à des femmes de leur couper quelques doigts et à des enfants de jeter sur eux des charbons brûlants. 

   Après quelques semaines de captivités, René Goupil sera tué à coup de tomahawk pour avoir fait le signe de croix à un enfant iroquois. Saint Isaac Jogues, quant à lui, restera prisonnier pendant des mois. Il réussira à convertir quelques iroquois sur leur lit de mort et à en impressionner beaucoup par son courage; surtout lorsqu’il a sauté dans l’eau glacial en plein hiver pour aller sauver une Iroquoise enceinte qui était tombée à l’eau, et dont personne n’osait aller aider.

    Après un an de captivité, les Hollandais, qui étaient les alliés des Iroquois, vont aider Saint Isaac Jogues à s’échapper et en rentrer en France. Arrivé en France, Saint Isaac Jogues a été accueilli comme un saint martyr. On va le supplier de rester, mais il va répondre qu’il doit aller terminer le sacrifice qui a été commencé. Il savait qu’il devait mourir martyr puisqu’il avait tellement prié pour avoir cette grâce. Il disait même avoir entendu un jour, alors qu’il priait pour devenir martyr, la voix de Dieu qui lui disait : « Ta prière a été exaucée ».

   Avant de retourner au Canada, il ira demander au pape une permission spéciale pour pouvoir continuer de célébrer la messe, étant donné qu’il lui manquait plusieurs doigts. Le pape lui dira : « Il serait dommage qu’un martyr du Christ ne puisse pas boire le sang du Christ ».

   Il retournera au Canada en 1644; il tentera de faire un traité de paix entre les Iroquois et les Français. Un traité qui avait bien commencé, mais qui tournera mal puisque, Saint Isaac Jogues et son compagnon Saint Jean de Lalande, seront tués par les Iroquois à coup de tomahawk en mai 1646.

 

 Sources: