L’image de Marie dans un tourbillon d’écume

 
 

   Un jour, des voyageurs canadiens arrivaient près d’une de ces bruyantes cascades de la rivière des Outaouais, avec leurs canots chargés de fourrures, lorsque tout à coup ils virent apparaître sur les deux bords de la rivière, deux bandes d’Indiens ennemis, armés de flèches et de tomahawks.

Ils n’avaient qu’un moyen d’échapper à ces bandes féroces : c’était de se précipiter au bas de la cascade. S’ils devaient y périr, ils aimaient mieux encore être submergés dans les vagues que de subir de cruelles tortures.

Ils ôtèrent leurs coiffures, joignirent les mains, invoquèrent pieusement sainte Anne, leur patronne et la Sainte Vierge protectrice des affligés, puis ils lancèrent leur bateau dans l’abîme et furent sauvés.

 
 

Ils ont dit en rentrant dans leur village que, au moment où ils descendaient la pente périlleuse, ils virent tous distinctement, dans le tourbillon d’écume élevé par les flots, l’image de la Vierge avec une couronne de diamants sur la tête, et vêtue d’une robe blanche, étendant la main vers eux pour diriger leur bateau ».

Sources:

Xavier Marmier, Récits de voyages.

Frère Ernest-Béatrix, mariste, Histoires canadiennes, la Vierge Marie, deuxième édition